pieux

Publié le par Chantal Robillard




 




















pieux

 

 

 


 

             
















               







Sur le Canal Grande :

plantés gras dans vase,

sublimes, utiles,

et éternels, les pieux.

Décorés d’or, blancs, bleus,

Unis ou spiralés,

 

 

 

 

Bicolores bleu –vert

Rouge –noir… ou bois brut.

Bateaux au mouillage.

Parfois vient accoster

Une ambulance qui

tangue et danse bien fort.

 

 

Dans un grand craquement,

J’en ai vu une, qui

Se retourna d’un coup !

On en sortit, pauvret,

Quand même un perfusé

                                            Que vite on engouffra

 

 


Sur un brancard à main ;

Brrr ! encore vif, pourtant…

Mieux vaut ne pas tomber

Malade à Venise :

Vivant, à l’hôpital

Arriver, bel exploit !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Entre les pieux, souvent,

élégants, carénés,

Moteur escamoté

sous l’acajou : taxis.

Les plus chers du monde !

                     Bien fièrement postés,

 


                                                          A Venise, les pieux

se tiennent droits, costauds,

ou gracieux, près des quais.

Les Vénitiens aussi.

Ils savent : vu du pont,

                                             leur reflet sera flou.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



© Chantal Robillard

 

 

 

ce poème a été lu dans le cadre d 'une lecture-concert à Saint-Louis, Haut-Rhin, le 24 juin 2006, à la médiathèque du Parnasse, avec accompagnement de flûte traversière et harpe.

Publié dans sizains

Commenter cet article

Jas 09/08/2007 18:20

Bravo Chantal ... et bon courage pour la suite.Ciao ciaoJas

Chantal Robillard 10/08/2007 06:58

merci Maestro ! et à bientôt sur le Campiello...