onzain pour la Glorieuse

Publié le par Chantal Robillard





à Chr. M.,
de Richet,
(quartier langeadois volcanique)
avec qui je comptais
et recomptais
les pieds et mains des Onze,
lors d'un concert aux Frari


 

 

 

Onzain pour la Glorieuse

 

( sur l’ Assunta du Titien, dans l’église Santa Maria Gloriosa dei Frari )

 

 

 

 

 


Sous la cape sombre, entrant dans les tons chauds

 

Du jaune qui descend, qui irradie, ions,

 

Positons, leptons, neutrinos, angelots,

 

Putti mutins, guirlande nuageuse,

 

Ascenseur crémeux l’emportant au-delà,

 

 

 

Robe lumineuse rouge vermillon.

 

 

 

Surprise, effarouchée, toute songeuse,

 

Se reculant, son équilibre perdant,

 

Levant les yeux, cherchant son fils, fuyant l’eau,

 

Allure modérée sous le vent libre,

 

Assunta. Mains tendues des Onze en écho.

 

 

 

Ce poème a été lu en lecture-concert à l'Institut culturel italien de Strasbourg

en 2002,
puis publié en isolé dans la Revue alsacienne de littérature, n° 98, 2007.

***************************************************************

 NB : sur le site du Campiello ( voir mes liens favoris), vous trouverez  une visite complète de la basilique des Frari, dont plusieurs photos de ce tableau du Titien. on peut même y voir un cout videoclip d'un mariage aux Frari !

http://www.campiello-venise.com/san_polo/frari.htm

Publié dans onzains

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article