Si, par une nuit d'hiver...

Publié le par Chantal Robillard


455bisnocturne-sur-la-piazza.jpg




 

 

 

Si, par une nuit d'hiver, une voyageuse 


(fondante en si)

 

 

à Italo Calvino ,

Marcel Bénabou*,

et Jacques Jouet

(qui a baptisé du joli nom de « fondante »

cette dentelle)

 

 




Si par une nuit d’hiver, une voyageuse,

S’égarait dans le noir , se perdait complètement,

Entre les Zattere et Santa Margherita,

 

 

                          Par une nuit d’hiver , une voyageuse

                          Demanderait aide à la seule passante

                                   En manteau de fourrure avec un gros cabas.


 

 

                             Une nuit d’hiver, une voyageuse

                              Se ferait mener par la Vénitienne

                                        D’un rio obscur au dit campo enfin.

 


 

 

                                     Nuit d’hiver : une voyageuse,

                                       Reconnaissante, remercierait.

                                                    Chercherait un café familier,


 

 

                        D’hiver, une voyageuse,

                        Gelée, prendrait chocolat chaud,

                        Puis rentrerait saine et sauve,

 

 

                                                        Une voyageuse

                                   Logeant Dorsoduro,

                                   Retrouverait ses pas.

 

 

                                                                Voyageuse

                                            Aux pieds rougis

                                            Tout échauffés.

 

 

copyright Chantal Robillard

 

 

*Attention, tous les e dits à tort « muets » sont ici prononcés !

 


 

 

 

 

 



ce poème a  été lu
au salon du livre de Colmar
en novembre 2005,
et, en musique, à la médiathèque
du Parnasse à St-Louis

en juin 2006


 
* Marcel Bénabou est l’auteur de
« Résidence d’hiver »  (Verger éditeur)

Commenter cet article

delphsei 28/09/2008 19:20

Merci de votre visite... Et voilà comment Calvino, par des chemins détournés, entraîne à Venise, lumières et mots !

Chantal Robillard 28/09/2008 20:02


oui votre voyageuse avec valise et fatigue visible irait bien avec ce poème, sauf que ce soir-là j'étais sans bagages dans Venise (heureusement !).
votre site de dessins est très joli, continuez !


Elisabeth 30/10/2007 20:38

Et dire que cette fondante délicieuse nous mène aux pieds rougis de Cenerentola...

Chantal Robillard 30/10/2007 21:57

eh oui ! et elle a même arpenté Venise avec une tendinite sous un pied et une entorse à l'autre cheville... pauvre Cendrillon !