Salute, pour conjurer la peste

Publié le par Chantal Robillard


408bis-salute-vue-de-la-giudecca.JPG






 

 

Pour conjurer la peste

 

(morale élémentaire avec haïkus et monosyllabes)


 

 

 

Oratoire en oblique                                                                 Sacristie secrète

Chapelles claires                                                                     Dôme dépouillé

 

               Minuterie minime                                                                    Circulation en courbe


             

                                                            De

                                                            très

                                                            haut,

                                                            un

                                                            long

                                                            fil

                                                            de

                                                            plomb

                                                            pend

                                                            dans

                                                            l'air,

                                                            très

                                                            bas

                                                            vers

                                                            le

                                                            sol

 

  

 

 

    Pavements de porphyre                                                              Colonnades cannelées

  Lustre à lumignons                                                                     Bougies brûlantes

  Pierres tombales sous pieds                                                       Quatre croix de Malte en creux

 

 

 

                                                                  Pi- lotis

                                                                            Gravité


 

 

© Chantal Robillard


396ter-roues-de-la-salute.jpg

Publié dans morales élémentaires

Commenter cet article

Elisabeth 05/03/2008 21:15

A la première lecture, je n'ai pas "accroché" : "trop mathématique". Et puis, en le relisant ce soir, tes mots éveillent mes souvenirs d'espace dans la Salute, et le "long fil" qui le creuse et lui donne sa troisième dimension. Comme dans un tableau de Carpaccio dont le titre m'échappe obstinément.La photo des roues, aussi, est étonnante, avec ces cheminées qui sont là comme dans les tableaux, encore, "charnelles" sur la géométrie des volutes de la Salute.Merci, Chantal

Chantal Robillard 08/03/2008 11:38

ah c'est tout le problème de la "morale élémentaire", créée par Raymond Q., elle est presque trop visuelle ! et pourtant les calligrammes du temps d'Apollinaire passent bien, eux !... merci pour ton commentaire si juste, car c'est en effet le "fil" c'est à dire ce long encensoir (ou lustre ? je ne me souviens déjà plus !), suspendu depuis plusieurs dizaines de mètres depuis le plafond, qui donne son plein sens au poème.la Salute, je la vois de l'extéieur comme une sorte de vaisseau spatial, prêt à partir sur ses "roues" qui suivent la "suite de Fibonacci" elles aussi, - mine de rien.

Catherine C. 21/02/2008 17:59

Bravo Chantal!!Comme toujours j'adore ce que tu fais et trouvais le temps long depuis La Licorne...Un grand grand merci pour tout ce que tu nous propose

Chantal Robillard 21/02/2008 18:53


merci à toi, Catherine, de me lire si fidèlement ! oui l'absence d'internet est un vrai problème là où je vis maintenant ; cette petite escapade alsacienne me fait
du bien et me permet de me remettre à jour. espérons que le problème sera résolu bientôt...