retour de grand soir à Venise

Publié le par Chantal Robillard

 

 

 

 

 

Retour de « grand soir » à Venise

 

 (haïkus  partiellement monosyllabiques)

 

 

en " deudeuche" étions,

il

 y

  a

   un

    bien

     long

      temps,

dans nos vingt printemps,

 

 

trois amies, venues                                            

camper près de Venezia, 

retour des Balkans.

 

 

 

 

Piazzale Roma,

Mettons la voiture au frais :                       

chic,

  long

    jour

      à

        pied !

 

 

  Visitons tout crin :                                                                              

Françoise ne connait pas,

-les îles non plus.

 


 

    Au soir épuisées,                                                                    

    revenons à Piazzale

    reprendre la deuch';

 

 

 

            sur drame tombons :

            grande dame en long fourreau

            gants,

                sac

                    et

                        bob

                            d'or;

 

 

 

                    s'évente, énervée,

                    (il

                        fait

                            chaud

                                vers

                                    la

                                        fin

                                            août),

                    se plaint au portier.

 


 

                            Cricri s'enquiert et

                            nous explique son malheur :

                            l'a perdu ses clefs !

 

 

 

                                        Et pas un taxi

                                        En vue sur la Piazzale !

                                        Nous, peut-on l'aider ?

 

 

 

Elle habite loin,

est venue pour grande expo :                                                                     

il lui faut rentrer.

 

 

        On l'emmènera,

        Bon,

            ça

                ne

                    fait

                        pas

                            un

                                pli,

        dans gris carrosson,

 

 

 

qui

    pue,

        qui

            est

                plein

de miettes et de bouquins,

mais :

    c'est

        ça

            ou

                rien !

 

 

 

L'avons embarquée,                                                

ma

    foi

        ce

            n'est

                pas

                    tout

                        près,

jusquezzz'à Padoue.


 


 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                            beau

                                     grand

                                                 parc ;

                                                          au

                                                                 fond,

                                                                       villa... palladienne, au moins !


                                                                                 Sans un merci, rien,   

 

                                                                

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

Nous a plantées là !

     ah, la donn'e mobile ...

              Fûmes bien vengées :                                                             

 

 

 

     

la mémé partit,

       cul du fourreau barbouillé...

            de chocos B N !

 

 

 






© Chantal Robillard 


 

 

 

 

(merci à Annette et à Jeannine D. pour les photos  1 à 5)

 

 

 

                                                       

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

on pourra découvrir une autre interprétation de cette 2 CH "vintage" dans ma nouvelle :
" le deviseur du monde"
,
 
sur le site www.campiello-venise.com,
rubrique " souvenirs vénitiens".

Publié dans haïkus

Commenter cet article