romance en mer sereine, 1

Publié le par Chantal Robillard

 

la version corse de cette nouvelle a été publiée dans la revue Formules et dans le 
roman-par-nouvelles "la fontaine aux fées"/ Chantal Robillard,  Le Verger  Editeur, 1999.








à CHRISTOPHE BERTRAND

 

 

 

romance en mer sereine, 1

 

(version venise)

 

 


écume nacrée en mer sereine. mer miroir, cosmos noir comme raisin, avec mimosa semé en ses recoins. vénus, oisive, examine un vaisseau.

 

sur ce navire, corso minor, un corsaire renommé, convoie vers venise encens, cuivres, ivoires, soieries, vins, ramenés en caravane ce mois-ci via césarée. ce marin aime courir mers ou océans avec son mousse écossais, méric mac invern, ex serrurier en écosse, ancien verrier à murano.

 

en mer même, corso minor a vu, aux aurores, un roc à camaieu ocre, marron, crème, où muse une sirène à crinière rousse. sirène a rosi, souri aux marins ; méric, en écossais avisé, a cru voir une sorcière, mais corso s'enamoure . vaisseau arrisé, amarré. sans arme, corso arrive sur ce roc nu : une sirène, voici un rêve à savourer !

 

avec une révérence, corso se nomme. sirène annonce comme nom « océane »; son sourire à nuances roses s'avère sans concurrence sur mer, son minois rieur a ravi ce corsaire si coureur.

 

  • viens ici, murmure océane, viens vers moi, viens à moi mon amour...

  • ma reine, ma mie, mon coeur, sussurre corso enivré, me voici !

  • non, non, corso ! se récrie son associé, reviens ! une sorcière rusée se mue ici en sirène maniérée ! erreur, insensé ! ramenons ce navire vers nos amies : on nous a en envie, à venise, on nous aime, à murano !

sème méric ces cris en vain, corso minor crie un « non ! » crâneur, un « au revoir, via, via ! » convaincu, vise à suivre sa sirène.

 

misère ! sans annonce aucune, océane a marmonné un « sésame » insonore. une cassure s'exerce sur ce roc marmoréen, vrraoumm ! un séisme secoue ce coin...wwwwamm ! un rai s'ouvre... crraaac ! un ravin se creuse...


corso ne saisira rien : secoué, ravi, sucé vers sa souricière. ce roc sera son suaire, rien ne se verra : en remous énormes, une marée sinueuse arase ces rives. ne survivra corso à son erreur : ciao, corso amoroso !

 

 


scène à saveur ensaumurée : méric, marri, n'a su sauver corso, a crié son nom en vain, ressassé son insuccès. un crime, ici ? ma no ! environs unis, mer écrémée, mer écrin, sans aucune risée.

 

 

(à suivre)

 

pour lire la suite : voir à droite dans la liste complète les articles "romance en mer sereine 2", puis 3, etc jusqu'à 6


Commenter cet article

camille, à langeac 10/01/2009 19:54

n'est-ce pas une "contrainte du prisonnier" ? il me semble l'avoir déjà lu quelque part dans un de tes livres, ce texte...

Chantal Robillard 10/01/2009 20:01


oui, "romance en mer sereine" est une nouvelle en "contrainte du prisonnier", déjà publiée dans  mon second recueil : "la fontaine aux fées" ( Verger
éditeur, 1999) ;
la version qui va suivre est plus vénitienne...