romance en mer sereine, 5

Publié le par Chantal Robillard








 

 

 

romance en mer sereine, version venise : 5

 

 

 

 

mais, aux vacances, corso recommence à s'aviner. à nouveau, une soirée arrosée s'annonce. océane, anxieuse, a saisi un verre. son mari, canne en main, air mauvais, se marre, sacre, menace, secoue sa sirène. océane crie. corso assène sa canne sur océane. sans connaissance, écrasée sous crosse assénée à nouveau, encore, sévices sur une sirène inanimée, ainsi va mourir océane.

 

corso se revire vers ses siréneaux. vacarme, curée ... nu comme vermisseau, museau cramoisi, un nourrisson crie, reins cassés, sur un carreau. un siréneau va s'évanouir, sa soeur se sauver en recoins, un môme s'en va vomir, une mini sirène se rue sur sa mère, mais rouée aussi, son sein rosé vire au cassis. crésus, son aîné, son aimé, s'escrime avec un arc en osier versus corso : vain accessoire ! corso assomme, massacre, éviscère !

 

corso a assassiné son amour suave, sa si rousse sirène, mais aussi ses six successeurs. sous ce roc une sirène a vécu, a cru asservir un marin, en a crevé avec ses siréneaux, - menues innocences ravies à une vie sereine.

s'ensauve corso, évacue sa caverne : évasion !

 

marée vaseuse, nauséeuse, cruorée. carcasses sans vie en errance sur ces eaux encarminées, à écume minium. mars, rancunier, a vaincu vénus.

 

sur murano, assise à son mac, cara-rossa a vu ceci sur son écran, en a souri. « corso va me revenir ! rame, mon corsaire, reviens à moi, sois mon mari marin, sois à nouveau mien, aimons-nous encore ! »

 

nenni ! corso n'en a cure, ravisé. sur un vieux canoë, corso a ramé, oui, cara-rossa, mais vers ces mers à ressacs, ces océans à cieux iroise, ces anses crasseuses à ressources en or, en amours, en vins. ironie : voici son rêve, - envoi cara-rossien- , mis en oeuvre ! ce noceur sera à nouveau un viveur, un coureur sur mer...

 




(à suivre)  


 


 



 

 

 

 

photos : Barocco

Commenter cet article