Marie-Louise et Thérèse au théâtre Malibran de Venise

Publié le par Venise, poèmes de voyage

 

venise-5-5175.JPG

  l'entrée du théâtre Malibran

 

et pour une photo de meilleure qualité de l'intérieur :

http://www.cavarzereinfiera.it/comunicatistampa/malibran.jpg

  (merci, Peppo, pour le lien !)

 

 

 

 

Marie-Louise et Thérèse au théâtre Malibran

 

 

 

les voici, sur un dessin d'Albert Valée, créé  spécialement pour nous !

Grazie mille, Albert(o) !

 

le-torchon.jpg

 

si vous voulez retrouver des aquarelles d'Alberto, outre son blog sur ses 2 techniciennes de surface préférées, allez voir :

http://galeries-aquarelles-valee-pollet.weebly.com/index.html

 

et le fameux torchon, vous l'avez vu ?

là haut, à droite du cartouche de la Malibran, pendant de la balustrade, où une sorte de culturiste en short semble s'allonger pour faire ses élongations...

 

allez chantons tous ensemble  avec Edith : " si le roi savait ça, Marie-Louise"...

 

 


Publié dans textes libres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pichenette 02/03/2011 09:50



J'ai beau chercher, je ne vois pas du tout ce torchon qui t'intrigue tant.



Venise, poèmes de voyage 02/03/2011 10:40



le cliché où on le voit le mieux, c'est sur la petite photo de la Malibran, au milieu du poème : juste à sa droite, pendant d'un balcon peint, situé au-dessus, sous un homme en
"short" qui semble en partie allongé dessus.


mes photos sont mauvaises car numériques et au flash... et prises de loin au zoom ! je n'ai pas réussi sur le site Fenice/Malibran à trouver  d'où cela venait.


je pense en fait que c'est un trompe l'oeil et qu'il s'agit du châle de la Malibran, ainsi dessiné, mais c'est tellement réaliste, qu'on s'est demandé un bon moment ce que c'était (
le concert a commencé avec... une heure de retard ! on avait donc le temps d'admirer les fresques... ). C'est moi qui
avais dit : ça doit être la serpillière de la femme de ménage...