pharmacie du Rédempteur

Publié le par Venise, poèmes de voyage

 

 

 

 

 

venise-8-5037-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

Pharmacie du Rédempteur


  venise-8-5037-bis.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Pieds toujours cuisants

Sortir du Redentore,

Trotter sur le quai.

 

 

Soleil au couchant,

Palanca encor' bien loin.

Soudain, pharmacie

 

 

« del Redentore » !

j'entre avec satisfaction :

on va me soigner.

 

 

« Lampada », dis-je.

La pharmacienne, glacée,

ne me comprend pas.

 

 

Zut, comment dit-on

« une ampoule au pied » ? Du sac

Oté ce matin,

 

 

lexique trop lourd...

Bien mal inspirée je fus !

Essayons en vain

 

 

De communiquer.

Dans une cité où tous

marchent sans arrêt,

 

 

on ne saisit pas

ce qui me fait mal aux pieds !

On me tend des sels,

 

 

Pansements pour cors,

emplâtres contre verrues,

trucs pour durillons.

 

 

Mais je n'en veux point.

« Capriciosa, la donna ! »

pense-t-on de moi.

 

 

Me laissant tomber,

on va servir un client.

Moi, je reste en plan.

 

 

Vient le pharmacien,

on recommence le tout.

Il est plus futé :

 

 

Tape sur gougueul,

trouve un bilingue dico.

J'écris : ampoule, ah...

 

 

« lampada », bien sûr,

répond il dizionario ;

zut, on n'en sort pas !

 

 

J'enlève un soulier :

ça clignote de partout,

voûte bien nommée.

 

 

J'aurais dû plus tôt !

S'illumine pharmacien,

tape de nouveau,

 

 

attend traduction.

« Ampoulé », dit le dico !

Je réponds : ah non,

 

 

Cette expression-là

est figure de style (oh,

pour un écrivain !).

 

 

Il retape encor ',

cherche et trifouille l'ordi,

puis trouve un mot neuf.

 

 

Me sort pansements,

je lis notice et c'est bon !

Sourions tous deux.

 

 

Je sors ravie, carvenise-8-5363-copie-1.JPG

après le Redentore

et sa « lecture »,

 

 

Trouver « figure, ah!

de style », oh !, sur cet ordi...

pour un écrivain !

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

© Chantal Robillard

 

venise-8-5670.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

je suis repassée en vaporetto le dimanche suivant :

rideau fermé. c'était bien normal !

 

 

venise-8-5671.JPG


Publié dans haïkus

Commenter cet article